032

Une jeune fille prénommée Lisa, amoureuse des robes, rêve d'un modèle unique...

012

Carte blanche pour moi, pourvu que ce soit sobre... voilà où m'a menée ma ballade, vers un coton et un velours mille-raies d'une superbe qualité.

001

Après avoir déterminé le modèle, choisi les étoffes et les avoir lavées, il faut à présent relever le patron ou le dessiner soi-même. Le patron est l'ensemble des différentes pièces du vêtement. Certains vêtements constituent de vrais puzzles !!!

002
004

il faut maintenant épingler chaque pièce du patron sur le tissu à découper par après. La concentration est de mise car il faut respecter le sens du tissu pour un beau tombé, les marges de couture, les vis à vis, les plis, reporter tous les marquages d'assemblage...

009

Maintenant, c'est le moment de bâtir le vêtement en épinglant les pièces qui devront s'assembler. Le travail est long mais nécessaire pour un beau résultat final, sans mauvaise surprise ! Ici, il m'a fallu travailler sur l'endroit et l'envers des tissus. Difficile parfois de ne pas perdre le nord :-)

010

je couds sur l'envers à la machine en retirant au fur et à mesure les épingles. C'est long, ça pique mais c'est plus sûr.

011
006

Il est temps de passer au volant de la robe. Pas moins de 3 mètres d'ourlet à épingler, piquer et repasser.

007

Chaque couture sera repasser au fer au fur et à mesure pour un fini parfait.

012

A la main, au fil et à l'aiguille je faufile sur deux rangées tout le long de ce que sera le volant.

013

on fronce

015

on répartit les plis en épinglant sur la robe

017

on coud sur l'endroit (et oui !) pour une couture à l'anglaise et une finition soignée

018

une nouvelle étape passée...

021

Le temps des finitions arrive doucement. Toutes les coutures ont été faites à l'anglaise et le biais se verra fixer à la main sur l'intérieur du vêtement. Le biais a été fait à la main. Voilà qui passe le temps !

029

031
033

Ma touche personnelle... si mes réalisations se veulent uniques c'est parce qu'elles sont issues de mes trouvailles en boutique pour les étoffes mais aussi parce que je ne sais jamais à l'avance ce que sera le vêtement. La robe s'est dessinée entre mes doigts au fil de sa réalisation. Les idées me viennent tout doucement en caressant du regard les étoffes... D'ailleurs que sont devenus les boutons ???

038

Pas un fil ne dépasse !

037

 

Voilà Lisa, quelques heures se sont écoulées qui m'ont procurées un grand plaisir, celui de créer. 

J'espère cette robe te combler et ta curiosité récompensée par ce petit reportage que ta demande m'a inspirée    :-)

 

Ceci ne représente que ma façon à moi de coudre, qui n'ai appris qu'en regardant ma maman faire, elle-même en autoditacte, quand j'étais petite fille et de faire, défaire et recommencer...

C'est à l'intuition que je couds !